Nous, les coquelicots, survivants des pesticides, avons bien failli disparaître. Pourtant, nous sommes devenus le symbole de la résilience floristique. Et notre retour dans les prairies est une excellente nouvelle pour la biodiversité ! Abeilles, papillons, terres dénudées et champs de blé saluent notre combat. Découvrez notre témoignage dans la suite de cet article.

Chassés comme une mauvaise herbe, les coquelicots se cachent pour survivre

Notre nom apparaĂ®t au XVIe siècle en rĂ©fĂ©rence au mot « coquerico » (le chant du coq). Pourquoi ? Car nos pĂ©tales rouges ressemblent Ă  la crĂŞte du volatile ! Et notez que nous Ă©voquons tous les deux une naissance… Pour nous, c’est le printemps, pour le roi de la basse-cour, c’est l’aurore.

Depuis des millĂ©naires, nous habitons la Terre. Puis, au XXe siècle (vers 1940), l’homme est arrivĂ© avec ses pesticides, en pensant que nous reprĂ©sentions une nuisance pour ses plantations. Mais il se trompait ! Agriculture rime avec nature.

« Appelées aussi plantes compagnes des céréales et des cultures, les messicoles font partie de notre patrimoine naturel, social et culturel. » CharenteLibre.fr

C’est pourquoi, nous, les fleurs messicoles (de messis, moisson) et rudĂ©rales (de rudus, dĂ©combres), demeurons des alliĂ©s pour les agriculteurs. Nos racines pivotantes se rĂ©vèlent de vĂ©ritables outils de labour. Grâce Ă  elles, les sols se trouvent mieux aĂ©rĂ©s. Les eaux pluviales s’infiltrent aisĂ©ment pour abreuver les champs cĂ©rĂ©aliers. Et puisque nous rĂ©sistons parfaitement Ă  la sĂ©cheresse, nous les laissons boire Ă  leur aise.

De plus, les paysans ne sont pas les seuls bénéficiaires de nos avantages pour l’environnement. Au service de la biodiversité, nous attirons les abeilles qui trouvent refuge et butinent notre pollen. Ainsi, les pâturages et cultures environnantes sont fertilisés naturellement. Avec elles, les pucerons, les coccinelles, les carabes s’activent dans les jardins. Ils sont les ouvriers d’un écosystème sain.

Donc, là où nous poussons, c’est le symbole de la vie et de la bonne santé. C’est la promesse d’une terre sans pesticides, car nous ne les supportons pas. C’est pourquoi nous avons quasiment disparu de vos paysages durant si longtemps.

Bien qu’elles ne détiennent pas le record de longévité (30 000 ans pour le silène sténophylla), nos graines ont la capacité de rester en dormance jusqu’à 80 ans pour les plus robustes. Même enfouies très profondément, elles germent au moindre geste écoresponsable de l’homme.

đź•ŻPar ailleurs, n’oubliez pas que nous sommes des plantes alimentaires et aux vertus mĂ©dicinales (apaisantes, antispasmodiques et analgĂ©siques) !

Les coquelicots, survivants de la pollution, reviennent

Grâce à la prise de conscience de certains, nous renaissons. Depuis quelques années, vos paysages se parent de notre couleur chatoyante, si rare dans la nature. Beaucoup d’exploitants et de paysans commencent à s’engager dans le cercle vertueux de l’agroécologie.

« Les exploitants agricoles utilisent davantage de fumier pour les sols. Dans les champs de blĂ©, les semis sont aussi plantĂ©s de façon plus espacĂ©e Â» Jean-Luc Laurent.

Selon un rapport du ministère de l’Agriculture publiĂ© en juin 2023, l’agriculture bio reprĂ©sente 14,2 % des terres cultivĂ©es. MĂŞme si cela reste peu, la prise de conscience est en marche. Cependant, il est plaisant de constater que la permaculture reprĂ©sente une pratique de plus en plus courante.

Ainsi, nous reprĂ©sentons aujourd’hui le symbole de l’ « Appel pour l’interdiction de tous les pesticides de synthèse Â». Mais bien des plantes, maintenant Ă©radiquĂ©es ou en voie de l’être, auraient pu le devenir : le bleuet, la nielle des blĂ©s, la nigelle des champs, le buplèvre Ă  feuilles rondes, l’adonis, le miroir de vĂ©nus, le peigne de VĂ©nus, le pied d’alouette, etc.

Mais nous, les coquelicots, plus rĂ©sistants, sommes restĂ©s dans une veille latente. Ainsi, plusieurs actions et lois humaines nous ont apportĂ© leur soutien :

  • La loi de 1995, ou Loi Barnier, relative au renforcement de la protection de l’environnement.
  • Le plan Écophyto I lancĂ© en 2009, visant Ă  diminuer de 50 % les produits phytopharmaceutiques.
  • La loi LabbĂ© en 2014, sur l’interdiction d’utiliser les pesticides dans les espaces ouverts au public et chez les particuliers.
  • L’association « Nous voulons des coquelicots », crĂ©Ă©e en 2018 par Fabrice Nicolino, est un appel pour le refus de tous les produits phytopharmaceutiques.
  • Le plan Écophyto II+ initiĂ© en 2019 pour rĂ©duire la dĂ©pendance de l’agriculture aux pesticides et s’abstenir dĂ©finitivement du glyphosate.
  • La loi Egalim en 2022 pour empĂŞcher l’exportation des pesticides.

Amis des coquelicots, notre victoire contre les pesticides est proche. Alors que nous Ă©tions presque un souvenir, nous voilĂ  plus nombreux, annĂ©es après annĂ©es. Grâce Ă  vous, vos enfants continueront Ă  s’émerveiller devant cet Ă©cosystème impressionnant. Merci !

⏭ Découvrez la COP15 pour la biodiversité

Caroline ALILI, pour e-Writers.

Article rédigé lors du cursus de formation en rédaction web chez FRW.
Article relu par Nicolas, tuteur de formation chez FRW.

Sources :

Paris Match : l’avantage insoupçonnĂ© des coquelicots

Nature-Isère : le coquelicot est de retour

Sciencepost : la prĂ©sence des coquelicots est une bonne nouvelle

Ouest France : de plus en plus de coquelicots

Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie : plan national d’action pour les messicoles

Vidéo : Des coquelicots pour vous régaler

 

CrĂ©dit photo :Pixabay, Le coucher du soleil, Coquelicots, Sur le terrain