La formidable progression du foot féminin

Après des décennies dans l’ombre des équipes masculines, le football féminin bénéficie enfin d’une grande popularité. Très médiatisé, il a fini par séduire les passionnés du ballon rond. L’histoire n’a pas été tendre avec les femmes et le sport ne fait pas exception. Aujourd’hui, de nombreuses difficultés et inégalités existent encore. Pourtant, le soccer, comme l’appellent les Américains et les Canadiens, fait toujours autant rêver et pas uniquement lorsque ce sont des hommes sur le terrain. Retour sur le fabuleux parcours des footballeuses.

Des débuts difficiles pour les footballeuses

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les femmes jouent au football depuis très longtemps. Leur histoire débute il y a plus d’un siècle, principalement en Angleterre et en France. Le premier match féminin a lieu en 1881 au Royaume-Uni et oppose l’Angleterre à l’Écosse. Malheureusement, les médias préfèrent se focaliser uniquement sur la tenue des joueuses. En effet, deux jours après la rencontre, il est possible d’avoir tous les détails vestimentaires des joueuses dans les journaux : maillots bleus, collants rouges, bottes à talon, etc. mais rien de concret sur la performance sportive.

S’il n’y a pas eu d’incidents majeurs lors du premier match, le deuxième, en revanche, est gâché par certains spectateurs. En colère, ces derniers envahissent le terrain, car ils considèrent que le football est un sport d’hommes. Ils vont même demander des sanctions pour les femmes qui osent le pratiquer. Face à une telle hostilité, il est difficile de réaliser ses premiers pas de footballeuses. L’opposition est injuste et féroce, mais elles ne vont pas se laisser abattre.

En 1912 en région parisienne, deux professeurs d’EPS, accompagnés de quelques compétitrices, fondent Le Femina Sport. Ce club permet aux athlètes féminines de ne plus pratiquer seules leur activité sportive préférée et d’être mieux encadrées. Il entre également dans l’histoire puisqu’en 1917, la première rencontre féminine sur le sol français oppose deux équipes du Femina. Une belle victoire pour toutes ces personnes qui ne veulent qu’une chose : pratiquer leur activité favorite librement.

Le divorce forcé entre les joueuses et leur sport

En 1912, la Fédération française de football (FFF) est créée. Elle est responsable de l’organisation et de la pratique de ce sport sur tous les territoires français. Une bonne nouvelle, mais seulement pour les hommes, car la FFF n’accepte pas le football féminin. En réponse à cette idéologie sexiste, une organisation non officielle est créée, la Fédération des Sociétés Féminines Sportives de France (FSFSF).

Elle organise le premier Championnat de France de football féminin. Une équipe de France féminine est créée et en 1920, elle se rend à Manchester pour défier la sélection anglaise devant 12 000 spectateurs. Un match retour a lieu au bois de Vincennes devant un public composé de 15 000 spectateurs. Pas d’envahissement de terrain ou de violente opposition à l’événement, peut-être que les mentalités changent enfin ?

Malheureusement, ce n’est pas le cas. L’opposition est toujours aussi importante et s’intensifie après ces dernières rencontres. Les matchs se font de plus en plus rares et les organismes responsables ne vont pas arranger la situation. La football Association d’Angleterre interdit aux femmes d’accéder aux terrains de 1921 à 1971. En France, le championnat disparaît en 1941 avec le régime de Vichy qui ordonne aux femmes de ne pas jouer au football. C’est sans doute la période la plus sombre de l’histoire du football féminin.

Désormais, personne ne vous empêche de faire du sport, mais vous manquez peut-être de temps ?
⏩ Lisez aussi cet article : pratiquer une activité physique lorsque l’on manque de temps

La montée en puissance des équipes féminines

Après une trentaine d’années remplies de matchs clandestins, le football féminin avance enfin. Cette renaissance commence à Reims en 1968 avec le journaliste Pierre Geoffroy qui monte un groupe de footballeuses afin d’animer une kermesse. Cette équipe est considérée comme un simple divertissement lors d’événements peu importants et n’est pas reconnue à sa juste valeur.

Cependant, les joueuses veulent plus que ça. Elles prennent très au sérieux leurs rencontres et aiment de plus en plus l’adrénaline de la compétition. Finies les confrontations dévalorisantes, elles jouent maintenant face à d’autres formations des pays voisins. Elles participent même à un match en 1970 aux États-Unis. Cette même année, leur acharnement permet de passer un nouveau cap : le 29 mars 1970, la FFF officialise enfin l’existence du football féminin. La première équipe de France féminine officielle est créée et les protégées de Pierre Geoffroy la composent en majorité.

En 1982, L’UEFA organise le premier Euro féminin. En 1991, La FIFA suit le mouvement et met sur pied la première coupe du monde féminine. Cinq ans plus tard, le football féminin fait un autre pas en avant avec son entrée dans la liste des disciplines olympiques. C’est une grande victoire pour ce sport. Les mentalités changent et ces sportives peuvent enfin s’exprimer balle au pied après plus de trente années de lutte. Pierre Geoffroy et ses joueuses ont grandement aidé à faire bouger les choses.

Malheureusement, tout n’est pas parfait. L’écart de salaire entre footballeurs et footballeuses reste encore immense. Prenons comme exemple le plus grand championnat, celui d’Angleterre. En 2022 selon la BBC, un joueur de Premier League gagne en moyenne 9,37 millions d’euros annuels alors qu’une joueuse de Women’s Super League ne touche en moyenne « que » 53 730 euros annuels. Samantha Kerr, joueuse de Chelsea, est la mieux payée en 2022, avec 480 000 euros annuels. Il faut cependant garder en tête que les salaires dépendent de la médiatisation et des recettes générées. À ce niveau, le foot masculin est loin devant, mais le foot féminin est en train de rattraper son retard.

La réussite sportive des femmes vous intéresse ?
⏩ Lisez aussi cet article : le Tour de France féminin

Le triomphe du football féminin

En France, les clubs ne bénéficient pas du statut professionnel, mais cela devrait bientôt changer. Chez nos voisins, les clubs féminins en bénéficient depuis 2017 pour l’Angleterre et depuis 2022 pour l’Italie et l’Espagne. Grâce à cela, l’exposition et la médiatisation du football féminin ne cessent de croître, tout comme le nombre de licenciées. En France, elles sont 164 000 en 2022, ce sont 106 000 de plus qu’en 2011. Il y a de quoi rêver plus grand, car ces dernières années, le football féminin est passé dans une autre dimension.

La première édition du Ballon d’Or féminin, trophée qui récompense la meilleure joueuse de l’année, a eu lieu en 2018. C’est un énorme boost pour ce sport au vu de l’importance et de la médiatisation de ce trophée individuel. En 2019, la finale du mondial s’est jouée devant 60 000 spectateurs à Lyon. C’est le record d’affluence pour le football féminin en France. En mars 2022, le quart de finale retour de Champions League entre le Barça et le Real Madrid a eu lieu au Camp Nou : 91 553 spectateurs étaient présents pour ce Clásico. Il n’y avait jamais eu autant de spectateurs dans un stade pour une rencontre féminine. Cerise sur le gâteau, la finale de l’Euro féminin 2022 dans le stade de Wembley avec 87 192 spectateurs. C’est la meilleure affluence pour un match de championnat d’Europe, hommes et femmes confondus !

Avec une médiatisation grandissante et un nouveau statut de professionnel, les salaires ont triplé entre 2019 et 2022. L’exposition sur les réseaux sociaux est également bien plus importante. Elles sont désormais plusieurs à atteindre le million d’abonnés sur Instagram. Quelques exemples en 2022 avec Alexia Putellas, joueuse de Barcelone et double ballon d’or 2021/2022 (2,5 M), Alisha Lehmann (9 M) ou encore Alex Morgan, footballeuse la plus suivie d’Instagram (9,7 M).

L’histoire d’amour entre le football et les femmes n’a pas été un long fleuve tranquille. L’opinion publique ainsi que les instances dirigeantes se sont longtemps dressées contre elles. Cependant, depuis le début des années 80, le football féminin ne cesse de progresser et de gagner en popularité. Les compétitions féminines sont de plus en plus médiatisées et les footballeuses sont maintenant de vraies célébrités. Ce sport est dans la meilleure période de son histoire et il a encore de beaux jours devant lui !

SOURCES :

https://www.lavantgarde.fr/football-feminin-en-france-108-ans-de-luttes

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/football-feminin-l-histoire-d-une-montee-en-puissance-en-cinq-dates-20190607

https://www.cosmopolitan.fr/histoire-du-football-feminin,2057854.asp

Instagram